Logo du jeu FF10

Dates de sortie :

Après trois jeux d'une qualité exceptionnelle qui ont marqué le passage à la console Playstation de Sony, Square avait fort à faire pour réussir une transition sur la seconde console de salon de Sony, la fameuse PS2. Environ une année après la sortie du titre précédent, Final Fantasy X débarque au début de l'été 2002.

Dès les premières minutes de jeu, le joueur se rend compte que le passage à une console plus performante a été traité avec tout le soin mérité. Tout d'abord, le jeu est entièrement en 3D, permettant des changements de l'angle de vue tant en combat qu'en mode exploration. L'autre changement majeur est l'arrivée de voix sonores pour les personnages, augmentant fortement l'immersion du joueur dans le monde fantastique du jeu. Un point additionnel change radicalement par rapport aux précédents titres de la saga, l'abandon du système de niveaux pour les personnages. Ce concept simple et efficace était pourtant la norme dans la quasi totalité des RPG de l'époque. À la place, le personnage évolue sur une sorte de plateau de jeu, et l'activation de sphères permet l'augmentation des caractéristiques de combat. De prime abord complexe, le système laisse de nombreux choix au joueur quant à l'évolution de son groupe de combat. Des concepts similaires, sans niveau associé aux combattants, seront d'ailleurs mis en place pour une partie des titres ultérieurs de la saga.

Final Fantasy X se situe donc au point de rupture du RPG classique, représenté par les neuf premiers titres de la saga, et des RPG modernes qui ont suivi. Le titre possède de très nombreuses qualités, qu'il est important d'énumérer. Tout d'abord, le scénario a été étudié par l'équipe de développement avec une minutie incroyable. L'univers possède une Histoire propre que le joueur est invité à découvrir au fil des dialogues et des cinématiques. Rien n'est laissé au hasard et une foule de détails sont présents pour s'imprégner de l'ambiance du titre. Le monde de Final Fantasy X est sombre et percutant, triste et rempli de tendresse. Les personnages, très réussis et attachants, se retrouvent plongés dans une histoire dont ils ne connaissent pas tous les tenants et les aboutissants. La société de ce monde fantastique est stricte, hiérarchisée, et s'oppose souvent aux sentiments des protagonistes. Final Fantasy X touche une corde sensible chez le joueur car l'amour y tient une place prépondérante. Le jeu peut d'ailleurs se venter d'avoir été élu à de nombreuses reprise le titre ayant fais couler le plus de larmes. Par contre, le fil de l'histoire principale se répète un peu. Les quêtes annexes du titres sauvent heureusement le joueur d'une trop grande linéarité par des coupures bienvenues.

Du côté de la bande sonore, Nobuo Uematsu marque à nouveau la série de sa griffe, rejoint par d'autres artistes à succès de Square comme Junya Nakano et Masashi Hamauzu. La musique est une franche réussite et place le joueur dans une ambiance fantastique douce et sombre. Enfin, il est important de noter que Final Fantasy X déroge à la règle de l'ATB (Active Time Battle) pour un système au tour par tour inspiré des T-RPG du moment. Les combats peuvent parfois souffrir d'une trop grande régularité et prévisibilité. Le système ne sera d'ailleurs pas repris dans les titres ultérieurs pour des raisons évidentes de dynamisme.

Globalement, Final Fantasy X est une merveille, tant au niveau de l'univers et des personnages que de la musique, des quêtes annexes ou encore du système d'évolution. La transition entre les deux générations de consoles est donc réussi et le jeu est un succès immédiat dès sa sortie. Sa popularité est telle que Square-Enix décide d'en faire une suite, le très contreversé Final Fantasy X-2, et plus de dix années plus tard, d'en faire une réédition PS3 sous l'appellation HD Remaster. Que ce soit dans la version originale de 2001 ou dans la version HD de 2014, le jeu vaut la peine d'être découvert ou redécouvert, car c'est l'un des titres RPG majeurs de l'histoire du jeu vidéo.

Rédacteur : Sephiroth