Logo jacquette FF7

Dates de sortie :

Alors que la saga avait été fidèle aux consoles Nes jusqu'ici, Squaresoft reproche à Nintendo une puissance limitée par le support cartouche qui prédomine à l'époque. Sony tire son épingle du jeu en proposant la Playstation et permet aux créateurs de Final Fantasy de concentrer toutes leurs idées dans un titre mythique.

Il faut l'avouer, ce jeu fait l'effet d'une bombe lors de sa sortie, en 1997. Le titre innove en matière de graphisme pour les pousser à un niveau jamais exploré jusqu'ici, d'autant moins sur des titres RPG où le scénario et les personnages sont d'avantages mis en avant. Pour ne citer que quelques points, cet opus est le premier jeu de rôle à avoir des combats entièrement en 3D avec une caméra mobile. Les cinématiques en images de synthèse en fait également un précurseur dans le domaine, poussant la qualité et la fréquence des vidéos à un point inégalé jusque là.

Cependant, la simple qualité graphique irréprochable n'aurait pu suffire à créer la légende qu'est ce titre. L'un des facteurs clé de ce succès est notamment que Final Fantasy VII est le premier titre de la saga à être sorti sur territoire européen. Il est coutume de dire que le premier Final Fantasy qu'un joueur a touché est généralement son préféré. Étant le premier de la série à arriver entre les mains des joueurs du vieux continent, il demeure chez une génération entière de gamers le syndrome Final Fantasy VII, une nostalgie profonde sur la base des souvenirs de l'époque.

N'oublions toutefois pas que de multiples autres raisons ont propulsé ce jeu vers les sommets. Tout d'abord, des personnages charismatiques et attachant, notamment Sephiroth pour ne citer que lui, l'un des méchants les plus appréciés de toute l'histoire du jeu vidéo. Ajoutez à ce point une musique entrainante, un scénario époustouflant, des quêtes annexes sympathiques et intéressantes, un système de combat dynamique ou encore de larges possibilités d'évolution et d'optimisation des combattants et vous obtenez l'alchimie parfaite ayant posé la pierre angulaire de la légende Final Fantasy européenne.

Soyons toutefois juste, Final Fantasy VII possède quelques défauts qu'il faut mentionner et qui ne seraient pas pardonnés aussi facilement dans le contexte récent du jeu vidéo. Le titre souffre d'une localisation française de piètre qualité, d'erreurs de scripting donnant lieu à de très nombreux bugs (pour la plupart drôles mais certains ennuyeux), ainsi que d'une qualité d'enregistrement musicale qui laisse à désirer. Certaines pistes de la bande originale ne rendent pas justice à l'immense génie de Nobuo Uematsu, qui signe une composition malgré tout somptueuse.

À l'heure où Square-Enix sort les anciens titres sur les supports récents (comme FF I à FF VI sur consoles portables et smartphones ou encore FF X et FF X-2 sur PS3), le public doit-il s'attendre à une remasterisation en version HD du 7 ème titre de la saga ? Pendant longtemps, Square-Enix a affirmé que ce n'était pas à l'ordre du jour, et c'était peut être mieux ainsi. Le public, notamment européen, voue un tel culte à la mémoire de ce jeu qu'il serait sans doute difficile de combler ses attentes par une remasterisation. Mon avis sur la question était simple : Final Fantasy VII reste un bon titre, à faire comme à refaire, mais il appartient au passé. La version est ce qu'elle est, toujours jouable à qui le souhaite, qu'elle reste en l'état et garde son statut de mythe.

Cette vision d'un titre appartenant au passé est chamboulée à l'E3 2015, où Square-Enix annonce à la surprise générale que, contrairement à ses prédictions antérieures, Final Fantasy VII HD est en cours de développement. Cette version ne sera toutefois pas une remastérisation HD du jeu original mais bel est bien une nouvelle réalisation. En soit, cette subtile différence est une bonne nouvelle et laisse espérer un jeu poussant les graphismes sur la PS4 aussi loin que l'original le faisait sur PSOne. Mon avis sur la pertinence de refaire ce titre reste le même malgré l'annonce de Square. S'attaquer à un tel monument du jeu vidéo est un pari très risqué. D'autant que l'entreprise avoue réfléchir longuement sur le système de combat, l'affrontement très statique des J-RPG classiques n'ayant plus vraiment cours de nos jours. Quoi qu'il en soit, je dois avouer que la bande annonce proposée lors de l'E3 a éveillé mon intérêt. Quelques frissons se sont d'ailleurs glissés le long de mon échine en visionnant le trailer. Malgré mes réticences à toucher à ce titre, la magie de ce jeu de légende opère encore, pratiquement deux décennies plus tard.

Rédacteur : Sephiroth